Fritures et charcuteries augmentent de 56 % les risques de maladie cardiovasculaire

, par  Amessi , popularité : 6%

Le risque de développer une maladie cardiovasculaire augmenterait jusqu’à 56% pour les amateurs de plats riches en fritures, charcuteries et boissons sucrées, par rapport à ceux qui consomment d’autres menus, selon une nouvelle étude américaine.

JPEG

Fritures et charcuteries augmentent de 56 % les risques de maladie cardiovasculaires

En soi, rien de bien neuf sous le soleil. Mais ces travaux permettent de mieux cerner l’impact de ce type de régime sur la santé.

Poulet frit, pommes de terre frites, viandes rouges, bacon... Les consommateurs de ce type de régime, typique du sud des États-Unis, ont un risque accru par rapport à quatre autres styles de cuisine examinés.
Et cela vaut également pour des menus centrés sur des plats comme les pâtes, les pizzas ou encore la cuisine mexicaine et chinoise.

C’est le constat d’une étude publiée lundi 10 août dans Circulation, le journal de la Société américaine de cardiologie (American Heart Association). Celle-ci a été conduite auprès de 17.418 Américains de plus de 45 ans suivis. Pendant six ans, les participants ont été interrogés par téléphone sur leur style d’alimentation, la fréquence et les quantités consommées en moyenne. Ils ont également été soumis à des examens médicaux.

Résultat ? « Quels que soient votre sexe, race ou l’endroit où vous vivez, si vous mangez fréquemment des aliments typiques de la cuisine du sud, vous devez être conscients du risque accru de maladies cardiovasculaires et vous efforcer de changer vos habitudes », conseille James Shikany, un épidémiologiste de l’université d’Alabama, principal auteur de la recherche.

source :sciencesetavenir

JPEG©amessi.org

Navigation