Flore intestinale : ces bacteries magiques 5 choses à savoir sur ces bactéries magiques

, par  Amessi , popularité : 15%

Étudiée depuis plus d’un siècle, la flore intestinale recèle encore des mystères. Mais on sait aujourd’hui que cet ensemble de micro-organismes qui peuple le tube digestif joue un rôle important sur les fonctions digestive, immunitaire, neurologique et métaboliques et qu’il est essentiel de veiller à son équilibre pour rester en bonne santé. Voici 5 choses à savoir sur la flore intestinale.

Depuis plusieurs années, la flore intestinale, aussi appelée microbiote intestinal, occupe le devant de la scène de la recherche scientifique car elle serait au cœur de nombreux mécanismes biologiques dans notre organisme et son déséquilibre pourrait être un des facteurs de développement de certaines maladies.

Les fibres sont essentielles au bon fonctionnement de la flore intestinale

Le microbiote intestinal, c’est un ensemble de micro-organismes (bactéries, parasites, virus, champignons) non pathogènes qui se trouvent dans notre tube digestif, principalement dans l’intestin grêle et le côlon. La densité du microbiote est minime dans l’estomac car celui-ci contient des liquides acides dans lesquels les bactéries ne peuvent pas survivre.

Chacun de nous possède une flore intestinale unique et celle-ci évolue beaucoup entre la naissance et la fin de l’adolescence, pour se stabiliser une fois adulte. Le microbiote humain se constitue dès la naissance au contact de la flore vaginale de la mère, si l’accouchement se fait par voie naturelle, ou bien au contact des micro-organismes de l’environnement pour les personnes nées par césarienne.
Nous possédons d’autres microbiotes tels que le microbiote de la bouche, du nez et du pharynx, le microbiote de la peau, le microbiote des poumons et le microbiote du vagin (ou flore vaginale). Celui du tube digestif est le plus important puisqu’il compte plusieurs milliards de micro-organismes, un millier d’espèces bactériennes différentes et son poids est de deux kilos ! “Ces micro-organismes se nourrissent des fibres solubles qui se trouvent dans les aliments que nous ingérons, tels que les fruits, les légumes, les céréales complètes…”, indique Christopher Vasey, naturopathe et auteur du livre Je reconstruis ma flore intestinale, c’est parti !.

Le microbiote est un maillon essentiel du système immunitaire

La flore intestinale intervient principalement dans les mécanismes de la digestion. Elle facilite l’assimilation des nutriments contenus dans les aliments, elle fabrique des vitamines (celles du groupe B) et sans elle, certains résidus alimentaires ne pourraient pas être digérés. Le microbiote participe également au fonctionnement du système immunitaire. Sachez que plus de la moitié de nos cellules immunitaires se concentrent dans notre intestin. Les “bonnes” bactéries (dites commensales) qui s’y trouvent empêchent les “mauvaises” bactéries (dites pathogènes) de s’y installer.

Trois éléments peuvent perturber son (fragile) équilibre

On parle de flore intestinale saine quand celle-ci affiche un équilibre entre plusieurs familles de bactéries, de champignons, de virus et de parasites. Mais il arrive que cet équilibre soit perturbé par :

Le stress.
On le sait, les troubles digestifs font partie des symptômes du stress, notamment le syndrome de l’intestin irritable. Il faut savoir que le cerveau et l’intestin sont connectés. Dans une situation de stress, le cerveau envoie des signaux à l’intestin qui perturbent l’équilibre bactérien du microbiote. Des travaux publiés en 2011 ont révélé qu’une exposition au stress modifiait la composition du microbiote en augmentant la quantité de bactéries potentiellement nocives comme par exemple la bactérie Clostridium difficile. Elle est naturellement présente dans l’intestin de certaines personnes et ne présente aucun danger mais elle peut provoquer des diarrhées et des crampes abdominales quand ses germes sont trop nombreux.
La prise d’antibiotiques. “Les antibiotiques ont pour mission de cibler certaines bactéries pathogènes mais ils peuvent aussi détruire de bons micro-organismes du microbiote et le dérégler pendant plusieurs jours, voire plusieurs semaines”, prévient Christopher Vasey.

Une alimentation pauvre en fibres, la “nourriture” principale des micro-organismes du microbiote. Quand elle n’est pas assez nourrie en fibres, la flore intestinale est moins peuplée et moins diversifiée en souches bactériennes.
Ces trois éléments perturbateurs peuvent soit provoquer un déséquilibre entre des micro-organismes pro-inflammatoire et des micro-organismes anti-inflammatoires, soit la disparition de bonnes bactéries, soit la multiplication de mauvaises bactéries.

Christophe Vasey - Je reconstruis ma flore intestinale

Une flore intestinale déséquilibrée peut avoir des conséquences sur la santé
“Quand la flore intestinale est déséquilibrée, on digère mal et cela peut occasionner des nausées, des ballonnements, une trop grande production de gaz et des diarrhées”, explique Christopher Vasey. Le plus souvent bénins, ces maux peuvent perdurer et dans ce cas être le signe d’une maladie inflammatoire chronique de l’intestin (MICI). Un déséquilibre du microbiote en espèces bactériennes pro-inflammatoires et anti-inflammatoires serait en partie responsable de la survenue de la maladie de Crohn par exemple. Le SIBO, qui se manifeste par des ballonnements et des gaz importants, est aussi une maladie intestinale déclenchée par un déséquilibre du microbiote. La journaliste Dora Moutot, qui en souffre depuis plusieurs années, l’a d’ailleurs fait connaître au grand public dans son livre A fleur de pet.

Selon plusieurs études scientifiques, le microbiote serait aussi impliqué dans l’apparition d’autres maladies telles que :

l’obésité. Les personnes obèses auraient un microbiote moins diversifié et moins peuplé en bactéries que celles qui affichent un poids normal. Une étude, publiée en 2004 et réalisée sur des souris, a révélé que celles qui n’avaient pas de microbiote mangeaient plus et avaient 60% de masse graisse en plus par rapport aux souris qui avaient une flore intestinale. Ce qui montre que le microbiote a une influence sur la prise de poids et à fortiori sur le développement de l’obésité.
le diabète de type 2. Des altérations de la composition bactérienne du microbiote humain ont un effet sur le contrôle de la glycémie (taux de sucre dans le sang) par l’organisme. En effet, selon une étude publiée dans la revue Nature, un déséquilibre de la flore intestinale pourrait être à l’origine d’une résistance à l’insuline, principale cause du diabète de type 2.

le cancer du côlon et de l’estomac.
certaines maladies de la peau comme le psoriasis et l’eczéma atopique chez l’enfant.
certaines maladies neurologiques comme la sclérose en plaques car le microbiote et le cerveau sont connectés.

Le microbiote s’entretient au quotidien via l’alimentation

Si vous souffrez de troubles digestifs, c’est que votre flore intestinale est en vrac. Pas de panique, vous pouvez rétablir l’équilibre en adoptant le “régime microbiote” :

prenez l’habitude de manger des aliments riches en fibres. Celles-ci renferment des prébiotiques qui constituent l’alimentation exclusive des bactéries de votre microbiote. On les trouve dans les fruits, les légumes, les céréales complètes, les légumineuses…
mangez des aliments fermentés tels que les fromages, les yaourts nature, la choucroute, le kéfir ou encore le miso. “Ces aliments sont riches en probiotiques qui favorisent les bonnes bactéries dans l’intestin”, fait savoir le naturopathe. Pour les yaourts, privilégiez ceux qui sont très concentrés en bactéries lactobacilles.
faites une cure de prébiotiques ou de probiotiques sous forme de gélules ou de poudre, si ceux contenus dans l’alimentation ne suffisent pas à rétablir l’équilibre dans votre flore intestinale.
évitez de manger trop de sucres raffinés, de viande rouge et de produits light. L’excès de sucre modifie la composition du microbiote en détruisant certaines bonnes bactéries et en rendant la paroi de l’intestin perméable aux espèces bactériennes nocives pour la santé. La viande rouge alimente dans le microbiote des bactéries qui produisent un composé toxique. Quant aux produits light, ils contiennent souvent des édulcorants artificiels qui favorisent la multiplication des mauvaises bactéries dans le microbiote.

Sources :

  • Entretien avec Christopher Vasey, naturopathe et auteur du livre Je reconstruis ma flore intestinale, c’est parti !, aux éditions Jouvence.
  • Microbiote intestinal (flore intestinale), Inserm.
  • The gut microbiota as an environmental factor that regulates fat storage, Gordon JI and al, novembre 2004.
  • Human gut microbes impact host serum metabolome and insulin sensitivity, Nature, juillet 2016.
  • Exposure to a social stressor alters the structure of the intestinal microbiota : implications for stressor-induced immunomodulation, Brain, Behavior and Immunity, mars 2011.

À lire aussi sur aufeminin
Pourquoi devons-nous manger des aliments fermentés ?
5 solutions naturelles pour un transit intestinal au top
Des boissons qui nous font du bien
https://www.aufeminin.com

Voir en ligne : Flore intestinale : ces bacteries magiques

Navigation