Contrôler les atomes à distance

, par  Grainede Ble , popularité : 2%

Des chercheurs autrichiens et américains démontrent qu’on peut transférer à distance les propriétés d’un atome à un autre.

Contrôler les atomes à distance

23/06/2004 - Deux particules, à condition qu’elles aient précédemment
interagi, restent unies par un lien mystérieux. Ce lien est tel que toute
action sur l’une influe instantanément sur l’autre, même si elles sont
éloignées l’une de l’autre par une distance aussi grande que de la Terre à
la Lune. Surprenant ? Cette théorie a pourtant été proposée par les
physiciens Einstein, Podolsky et Rosen dès 1935. Il a toutefois fallu
attendre plus de 60 ans pour que des chercheurs en fassent la démonstration
formelle.

En effet, en 1997, l’équipe d’Anton Zeilinger, de l’université
d’Innsbruck, a prouvé la théorie en ayant recours à des photons. En
focalisant un faisceau de photons sur certains cristaux, les physiciens sont
parvenus à obtenir deux faisceaux distincts, composés de photons dits
intriqués. Ainsi, chaque photon du premier faisceau était doté d’un jumeau
dans le second. Ils formaient, en quelque sorte, un seul objet physique.
Lorsqu’une des particules intéragissait avec une troisième, l’état de la
jumelle était automatiquement modifié.

La semaine dernière, la démonstration de la théorie d’Einstein, Podolsky
et Rosen a été poussée encore plus loin alors que deux équipes de
chercheurs, une première autrichienne et une seconde américaine, ont publié
dans la revue Nature des résultats impressionnants. Le groupe de Rainer
Blatt de l’université d’Innsbruck et celui de David Wineland du National
Institute of Standards and Technology, au Colorado, ont tout deux réussi à
créer non pas des photons, mais des atomes intriqués. L’équipe autrichienne
a utilisé des atomes de calcium alors que les Américains ont fait leur
démonstration avec du béryllium.

Les travaux de Blatt et Wineland laissent entrevoir des applications fort
intéressantes, notamment pour le développement de l’informatique quantique.
En effet, les atomes intriqués pourraient servir de blocs élémentaires et
éventuellement remplacer les transistors dans la fabrication des
ordinateurs. Pouvant tester toutes les réponses à un problème simultanément,
les ordinateurs quantiques seraient infiniment plus puissants que ceux dont
on dispose aujourd’hui.

http://www.cybersciences.com/Cyber/...

Dominique Forget

Navigation